Le Peigne du Vent

Le Peigne du Vent : Là où la mer et le vent se peignent avant d'entrer dans la ville

Le Peigne du Vent est un ensemble de trois sculptures en acier de plus de 9 tonnes chacune qui se trouve là où finit la ville et où commence la mer, où les vagues embrassent les falaises abruptes du Mont Igeldo. Eduardo Chillida a incrusté sur ses rochers les trois sculptures pour que le vent soit toujours peigné lorsqu’il entre dans la Baie de La Concha.

Un lieu où la mer et le vent se déchaînent en fouettant les rochers. Où la nature et l’art se fondent pour ne faire plus qu’un. Car la disposition des sculptures donne l’impression qu’elles émergent du rocher en lui-même, comme si elles en faisaient partie

Tour virtuel. El Peinde del Viento (Le Peigne du Vent)

Audioguide

LE PEIGNE DU VENT

Là où les vagues les plus sauvages s’amusent à se peigner

Les jours où la mer se déchaîne, le Peigne du Vent devient une représentation unique dans laquelle les vagues dansent entre les dents de la sculpture, en défiant la force de l’acier, au son du sifflement du vent.

Un spectacle unique qui vous ravira en vous montrant comment les trois pièces en acier résistent aux assauts continus des vagues et vous permettra de jouer avec le vent et la mer, qui se fondent pour jaillir avec force tels un geyser espiègle à travers les trous de la place. Mais faites attention, soyez alertes, vous pouvez devenir une cible idéale. Les jours où la mer est en furie, la police peut couper l’accès pour votre sécurité. Respectez les panneaux !

Si vous voulez contempler la force des vagues depuis un endroit plus sûr, nous vous recommandons de monter Monte Urgull.

En réalité, il n’y a pas 3 sculptures mais 23

Le Peigne du Vent est une sculpture spéciale par sa forme, par l’environnement dans lequel elle se trouve mais également par l’histoire qu’elle cache. En effet, bien que les sculptures que nous pouvons admirer à Donostia sont au nombre de 3, en réalité, Chillida a réalisé une série de 23. D’ailleurs, son nom d’origine est Le Peigne du Vent XV, c’est-à-dire qu’elle occupe la quinzième place de cette série de 23 sculptures.

À la fin des années soixante, et compte tenu du fait qu’Eduardo Chillida était déjà devenu une figure importante, plusieurs personnes originaires de Donostia ont uni leurs efforts pour obtenir qu’un hommage lui soit rendu. Il a fallu attendre plus de 10 ans avant que la Mairie de Donostia /Saint-Sébastien décide d’honorer l’œuvre de l’artiste à un endroit spécial pour lui. En effet, lorsque Chillida était petit, il avait l’habitude de s’échapper pour aller à cet endroit et contempler le spectacle du déchaînement de la mer et des vagues.

L’artiste a commencé avec la série de sculptures appelées Le Peigne du Vent en 1952, mais ce qu’en 1977 que Chillida a enfin créé l’œuvre définitive et l’a offerte à la ville. Il a cependant continué à travailler sur son design jusqu’en 1999, en réalisant un total de 23 œuvres différentes. Certaines d’entre elles peuvent être admirées au Musée de la Reine Sophie de Madrid, au Palais de l’Unesco à Paris ou au Txillida Leku d’Hernani.

Mais Le Peigne du Vent de Donostia est sans aucun doute l’œuvre la plus reconnue de toute la série. Les trois pièces qui composent la sculpture sont en acier Corten. Un matériau aux caractéristiques singulières qui montre avec honnêteté le passage du temps et la transformation de la nature.

Bien qu’au départ l’idée ait été de ne placer qu’une seule sculpture, le sculpteur originaire de Donostia a finalement décidé d’en placer trois, car elles créaient un ensemble plus géométrique et plus équilibré. Les deux premières, placées l’une en face de l’autre, symbolisent ce qui a été uni un jour, et le passé. Tandis que la sculpture la plus éloignée représente l’horizon et le futur.

Pendant qu’Eduardo Chillida disposait ses sculptures incrustées dans les rochers, l’architecte basque Luis Peña Ganchegui construisait l’amphithéâtre en granit rose. Une place avec différentes terrasses, ancrée au versant du Mont Igeldo et depuis lequel vous profiterez du spectacle des trois peignes défiant la nature.

Ainsi, ce qui a commencé comme une exposition temporaire est devenu l’un des endroits les plus emblématiques de la ville.

Une promenade à la découverte des sculptures de Chillida à Saint-Sébastien

Le Peigne du Vent n’est pas la seule œuvre d’Eduardo Chillida à Donostia / Saint-Sébastien. La ville est un vaste musée en plein air qui cache plusieurs sculptures du célèbre artiste originaire de Donostia.

Nous vous proposons une petite promenade dans quelques-uns des endroits de la ville décorés avec les œuvres du sculpteur. Un cadeau non seulement pour les amateurs d’art mais également pour les plus curieux, car les sculptures de Chillida ne laissent personne indifférent.

L’itinéraire commence avec l’un des endroits dont la visite est incontournable, la Baie de La Concha. Là, dans l’un des miradors de la Promenade, juste avant d’arriver au tunnel de Miramart, vous trouverez l’un des cadeaux de cet artiste à la ville. Après avoir occupé plusieurs emplacements dans la ville, l’œuvre en granit ‘Hommage à Fleming’ a été placée à cet endroit, tournée vers l’île Santa Clara et le Mont Urgull.

Homenaje a Fleming, escultura de Eduardo ChillidaLa escultura de Chillida "Homenaje a Fleming" está situada en un mirador sobre la Playa de la Concha cerca del Palacio de Miramar

Après la stèle de Chillida, le chemin nous mène au Palais de Miramar. Là, sur la petite colline rocheuse qui sépare la Plage de La Concha de celle d’Ondarreta, appelée Pico del Loro, Chillida vous offre une ‘étreinte’. Tel est en effet le nom de la stèle dédiée au peintre originaire de Donostia Rafael Ruiz Balerdi.

Comme il ne pouvait en être autrement, cet itinéraire s’achève avec Le Peigne du Vent. Pour Eduardo Chillida, c’était à cet endroit qu’il devait être, il en connaissait le sens et a voulu le partager.

« Cet endroit est à l’origine de tout. C’est véritablement lui l’auteur de l’œuvre. Je n’ai fait que le découvrir. Le vent, la mer, la roche, leur intervention à tous est déterminante. Il est impossible de réaliser une telle œuvre sans tenir compte de l’environnement. C’est une œuvre que j’ai réalisée moi, que je n’ai pas réalisée moi »
- Eduardo Chillida -

Peu importe combien de fois vous irez à cet endroit, vous n’y trouverez jamais le même scénario. Les vagues, le ciel et le vent joueront capricieusement avec l’acier et les rochers, en offrant une photographie totalement différente à chaque fois.

Si vous souhaitez en savoir plus sur son œuvre, à Donostia, nous avons encore plus de sculptures de Chillida. Vous pouvez également demander une visite guidée au Musée Chillida Leku, une ancienne maison traditionnelle familiale à quelques kilomètres de Saint-Sébastien, qui réunit un grand nombre d’œuvres grand format dans ses jardins ainsi que d’autres peintures et sculptures plus petites à l’intérieur.


 
 
X